Véronique Sanson

Pour celles et ceux qui ont pus voir l’émission consacrée à Véronique Sanson y’a quelques jours sur la 2, très bien faite !

J’ai eu un texte qui ma suivi et qui s’est écrit au fur et mesure !!
(J’ai pas vraiment corrigé, et ne suis pas non plus un « Pro » du verbe!)

« Véronique …. cent sons et vies »

-Quand je pense à eux dans ma vie,
-Quand j’ai eue peur avec mes envies,
-J’étais mal comme beaucoup d’autres,
-Mais ma vie sera sûrement les autres.

-Je sens les notes sur mon piano,
-Et le vécu me donne les mots,
-Souvent je me suis mise à nue,
-Années lointaines non perdues, juste Américaines,
-Ne seront pas restées totalement vaines.

-Je sais la joie de l’envie d’aimer,
-Et la naissance que j’ai donnée,
-Hélas pas mal d’années se sont envolées,
-Pris des options malgré mes convictions,
-A ce moment là envie de monter le son…

-Regretter mais pas se l’avouer,
-Des temps longs se sont écoulés,
-Impasse des manques de lucidité,
-Et pendant ce moment des kilomètres nous séparaient,
-Mon pendant masculin s’en est aller,
-Lui parti dans une autre vie, avec une autre de noir vêtue,
-Et moi je reste l’amie des hôtes, sans dire mot je me suis tue,
-Le tragique départ du souffle de ta vie,
-Et moi toujours ici…

-La guitare marié souvent j’en ai joué,
-Mais pour moi infiniment …c’était le clavier,
-Longtemps enfermé dans ma vie,
-Mais sûrement l’avais je choisie.

-La perte de mon doublon mon jumeau,
-Sur un court alors que tu étais si haut,
-Des joies de toi coulent dans mes veines,
-Mais mes écritures ne seront plus jamais les mêmes.

-Destin chercher mais rien de purement vrai,
-Je serais là avec ma peine,
-Comme une grande amie lointaine,
-Loin derrière des bois et des barrières,
-Et des bla bla éphémères.

-Pourtant reste une envie,
-Continuer de partager vos vies
-Je vous aime et vous entends,
-Mais où m’emportera le vent…

-Partie dans les grands excès,
-L’alcool et ces degrés m’ont bouleversés,
-La drogue vous ouvre des portes et oublie de les fermer,
-Mais fallait-il y rentrer,
-Je m’y suis fais tant de mal,
-Mais cela ne restera pas fatal.

-Encore des blanches et des noires,
-Dans un terrible brouillard,
-Plus beaucoup de lumière juste des flashs,
-Éviter de partir au crash.

-Sales habitudes laissent ambiguë,
-Mais je ne voyais plus,
-Mais avant de devenir froide à l’intérieur,
-Des chaleurs remplissent mon cœur…
-Je suis Femme et reste mère,
-Aucune envie de rester parterre,
-Des décennies placés à coté d’amplis,
-Alors je rejoins ma vie,
-Ayant partagé vos vies,
-Pas asse au final…avec mes envies,
-Nous nous sommes souvent compris,
-Mais surtout de vous à moi étions conquis…

-J’ai appris à être dans vôtre vécu,
-Même si au départ c’était pas prévu,
-Je vous aime…je vous aime…je vous aime…
-Ma vie sinon restera blême si je ne vous aimes…
-Mais je serai là,
-Pour celles et ceux qui sont moi,
-Combler encore vous qui êtes ici bas,
-Et partager quelques manques au delà.

-La puissance des mes sentiments,
-Ont su traverser les océans,
-Je vous aime et cela reste un diadème,
-vous m’aimez aussi…merci merci merci !!

-Les plus belles parts de ma vie,
-Puisque vous l’êtes aussi,
-Mes yeux plus vieux dans cet immense piano à queue,
-Continueront de donner le ton,
-Et ma voix tant qu’il y aura du son.

-A Véronique, mais sans le son…
-Un fan de vos chansons toujours en admiration,
-De vos mots sous les doigts,
-A la vie…sonnera !

William.

Laisser un commentaire