Texte réflexion sur notre vie passée, mon fils sa mère et moi…..

« COMBIEN….CE QUE J’AI MANQUé, APRES UNE NOUVELLE VIE EN DOWNLOAD…..!!.. »

-Le calcul effréné, dans des moments particuliers du manques de Nous.
-Séparés depuis quelques mois, voir des années,
-Je dois penser à moi, mais sans oublier…
-C’est aussi le bilan, calmement de mes presque 50 ans.

-Plus de 2 dizaines d’années de vie commune,
-Et un bel enfant de 19 ans maintenant,
-Je te l’ai demandé, tu me l’as accordé,
-C’était aussi ton souhait pour te compléter.

-Hélas un grossesse chamboulée, car il était prématuré,
-Ce moment de parentalité, qui nous a responsabilisés,
-Nous pensions être de beaux amants dans ces moments,
-A partir de ta maternité, ainsi que de tes responsabilités,
-Mais nous sommes plutôt restés, d’une grande amitié, qui reste toujours en mouvement.

-La moitié de ma vie s’en est allé,
-Ainsi que nos amis séparés,
-Cela fait de gros bouts éparpillés,
-Sûrement dans nôtre vie une bombe s’y trouvée,
-Mais elle était cruellement, au final, très fragmentée.

-Je suis resté pour nôtre bébé,
-Car un couple non séparé mieux que par moitié,
-Qui tous les 15 jours se voyaient,
-Dans l’attente que cela puisse s’arranger,
-Mais quand vous les Femmes c’est fini,
-Là il n’y a plus de flammes, impossible à rallumer,
-Dans les deux cas c’est pas forcement se que l’ont voulais.

-Souvent ces choses nous pètent à la gueule,
-Surtout quand on est seul,
-Faut il regretter cette période,
-Où l’a considérer comme une expérience mal vécue,
-Car la vie en a voulue ainsi..??
-Pour moi non, il le fallait,
-Pour vraiment évoluer.

-Loin d’avoir Alzheimer, et d’oublier,
-Je pense en avoir encore pour quelques années.
-Mais tu es la mère de nôtre fils,
-Qui de toutes façons, aura toujours deux parents pour l’aider,
-Dans cette visse et vie qui tourne à l’infini…

-L’amour a changé, ou a laissé place à l’amitié depuis des années,
-Mais « Amour » est la même racine qu’Amateur ou Amitié.!

-Il te, nous reste des années de bonheurs,
-Avec chacun ces heures, et les nouvelles destinées,
-Et Gabriel, de par son âge, et personnage..tellement plus à organiser..!!
-A toi mon fils, Isabelle, mes deux moitiés.
-Et moi dans un coin pour compléter,
-Et moi dans un coin entrain de compter seulement pour un seul,
-Combien reste-t-il pour tant d’automnes, d’hivers, de printemps et d’étés.

-J’aime les citations et les dictons, que, maintenant j’arrive à capter,
-Car petit, ils étaient dur à cerner,
-Avec les années passées, et mon âge avancé, j’ai appris à les amadouer,
-Lisant ce que des humains philosophes, pendant des siècles eux savaient.

-Nous découvrions les causes de nous 3,
-Nous faisions de belles choses ensemble…
-Mais comme la guitare possédant une corde désaccordée,
-C’est souvent qu’elle, que l’on entendais en particulier,
-Mais la vie sur des bilans de négativités et d’ardoises dédiées,
-Quand les reproches sont de sortis,
-Trop souvent nous l’avons fais ainsi.

-Après vient l’épreuve de les comprendre,
-Mais surtout de les entendre.
-Avec le temps nous devenons conscient,
-De ces manques de libertés,
-Mais l’ultime étapes est bien sûre d’accepter,
-C’est comme des chèques en blancs d’instantanés,
-Et des mots des fois trop vite balancés,
-La vie t’apprends avec les années, les bonnes choses, et les « à peu près »,
-C’est comme un 4X4 en terrain de vallée, les bosses tu les connais,
-Mais sur la Terre retournée, tu apprends sur elle à mieux contrôler.

-Nous conjuguions nos passés, nôtre présent et le futur,
-Mais trop souvent aussi à l’imparfait…
-J’aime à penser que nous avons pas tant gâché,
-Pour un futur plein d’ouvertures.

-Les liens se sont tissés,
-Mais ne sont pas cassés, garder le fil d’Ariane, pour des fois nous retrouver,
-Pour que le fruit de nous sache bientôt voler.

-Merder serait péjoratif, car peu être mal pensé,
-Mais par contre « Merde » serait plus approprié,
-Quelques symboles déplacés lors de « Flash Back » qui oppressent,
-Mais il nous reste l’éternité pour y penser, loin de la vie terrestre..
-Mais comme disait Camus :
-« La vraie générosité envers l’avenir est de tout donner au présent »….

-Lire Socrate, Platon, Baudelaire, Voltaire, Chateaubriand, est plus évident,
-De grands textes avec de simples phrases qui comprissent deviennent énormes,
-Elles nous donnent par phases, des fois, la solution d’un calcul hors normes….

-Reste sûrement des regrets, mais plein d’autres d’un immense intérêts,
-Ne pas se perdre avec une mémoire sélective, active, pulsative….

-Un amour d’amitié, ou l’amitié de nos amours différents,
-Pour lui qui est grand maintenant, majeur passé, avec un Art sur lequel il est doué,
-Reste plus qu’a faire ces preuves, avec nos passés, et entrevoir le futur à conjuguer dans l’instant,
-Car lui aussi a tout d’un grand…

-Un papa fier de son fils, et de nos moments qui souvent pas très évidents,
-Mais tu es la mère de mon enfant, sur qui encore, je peux compter dans mes tourments,
-Décidément le temps fait des choses,
-Nous invites à faire des « Proses », qui exploses,
-Pour expliquer des moments, figés dans des tourments qui scléroses.

-Nous n’avons plus 20 ans, mais il nous reste d’énormes instants,
-Qui des fois seront partagés forcement, par nous, car nous sommes parents !
-La vie continue, nous restons riches même sans vraiment d’argent,
-Car elle s’accomplit aussi par nos envies, renforcé d’être à l’origine de cet enfant,
-Qui pour tous ceux qui connaissent cette joie, et quelque soit les mois,
-Les moyens à mettre en œuvre pour cet émoi……..et toi !!!

-Un disait que « la mélancolie, c’est le bonheur d’être triste. »
-Ce texte n’est pas triste, juste une douce mélancolie d’avoir partagé, et réuni nos vies,
-Pour qu’au final en surgisse une autre..(vie)………..et l’encourager dans ces multiples envies.

WILLIAM.

Laisser un commentaire